Le musée Atger à Montpellier

0.0/5 Note (0 votes)

Le musée Atger se situe au numéro 2 de la rue école de Médecine, à deux pas de la cathédrale Saint-Pierre et du jardin des plantes.

Paradoxalement, ce musée qui ne présente que des dessins et des estampes des écoles flamandes, italiennes, hollandaises, allemandes et françaises, sans liens avec le domaine médical, se trouve au cœur même des bâtiments historiques de la faculté de médecine de Montpellier dans la bibliothèque universitaire.

Les salles d’expositions se trouvent au premier étage de la Faculté, dans les anciens salons d’apparat de l’évêché.

Histoire du musée

Fondé en 1813, le musée Atger est le plus ancien musée de Montpellier. L’histoire de ce musée est en fait celle de son initiateur et généreux donateur, Jean-François Xavier Atger né à Montpellier en 1758.

Après un voyage à Paris en 1785 et en Italie en 1792, il passa l’essentiel de sa vie à constituer, classer, répertorier et enrichir sa collection de dessins et d’estampes. Installé à Paris comme vérificateur des contributions indirectes, de 1802 à 1822, il intégra dans sa collection des ébauches et esquisses de tableaux des grands peintres de son époque.

Pour que sa collection soit vue par « de vrais connaisseurs, amateurs éclairés » et parce qu’il s’était lié au cours de ses études à quelques professeurs de l'Université de Médecine, il décida en 1813 de faire don de sa collection à la bibliothèque de l’université.

Ainsi, un millier de dessins arrivèrent par livraisons successives à la bibliothèque, entre 1813 et 1832. A la mort d’Atger en 1833, les 2 500 dessins qui restaient dans sa collection furent dispersés.

Les collections

L'École française est représentée par douze dessins de J.H. Fragonard, avec notamment Le Postillon et l’Homme au tricorne, des œuvres de Watteau, Vigée-Lebrun, Oudry, Philippe de Champaigne ou encore Charles Lebrun.

Les artistes méridionaux sont également représentés avec des œuvres du montpelliérain Sébastien Bourdon, du marseillais Pierre Puget et 67 dessins du nîmois Charles Natoire.

Pour l’école italienne, on retrouve 136 dessins de Guerchin, Carrache, Dominiquin, Locatelli, Titien ou encore Tintoret, sans oublier 26 dessins du vénitien Giambattista Tiepolo.

L'École du Nord rassemble des artistes allemands, polonais, belges, suisses, mais surtout flamands et hollandais, avec notamment Brueghel, van Dyck, Jordaens et 2 dessins classiques de Rubens.

Le Plan

Poster un commentaire

Vous êtes identifier en tant qu'invité.